Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 07:28

Habituellement, je commence mes articles en citant un texte des Ecritures et j'écris ce que j'en comprends. Je respecte en cela les instructions que m'a données l'Esprit pour me décider à ouvrir ce blog. Il m'a dit : " Je te montrerai quoi lire et comment le lire, et tu écriras ce que tu auras compris. Tu as droit à l'erreur, et tu te tromperas, mais ce n'est pas grave."

Aujourd'hui, j'ai lu dans les Ecritures ce qui concerne la demeure de Dieu. En utilisant la clé de lecture que l'Esprit m'a confiée, j'ai compris beaucoup de choses bien difficiles à expliquer. Pour me faire comprendre, je dirai d'abord ce que j'ai compris sans mentionner de référence. Attention ! Je n'établis pas une théorie personnelle que je justifie ensuite en choisissant les textes favorables : j'exprime seulement ce que j'ai compris pour rendre plus claire la lecture des Ecritures que nous ferons après, ensemble.

Les clés

Il en faut deux : La croix et les anges. Les messages importants sont transmis par des anges qui ne les déforment pas. Ces anges sont des esprits parfaits ressemblant à des d'hommes imparfaits, si parfaitement qu'il est impossible de les  différencier. Initialement ils étaient hommes charnels, imparfaits et périssables ; Jésus en croix en a fait des anges esprits parfaits et impérissables.

Ce que j'ai compris

Le Seigneur n'a pas pris l'initiative de la construction du temple de Jérusalem ; David en exprima le désir avant lui. Sur terre, le Seigneur a toujours été un nomade : déjà au désert il avait pour demeure une simple tente, et une fois incarné, il n'avait  pas même une pierre pour reposer sa tête.

Lorsqu'il accepta la construction d'un temple à Jérusalem, le Seigneur imposa pour modèle la tente de la rencontre, et lors de sa reconstruction, il en précisa la signification. Le "Saint des Saints" du temple est l'arche d'alliance, et comme elle, comporte des murs décorés de chérubins, un autel, un propitiatoire, un chandelier, et deux chérubins avec des ailes de chaque côté. L'autel est l'autel du sacrifice, c'est à dire le Calvaire où Jésus s'est offert en sacrifice propitiatoire. Le propitiatoire et le chandelier représentent Jésus sacrifié sur la croix, et les chérubins sur les murs, représentent les anges qui proclament sa gloire. Les deux chérubins de chaque côté du chandelier sont les anges que sont devenus les larrons en mourant sur leur croix de chaque côté de celle de Jésus : ils sont les témoins de toutes les actions de l'Ange Jésus.

La vraie demeure de Dieu avec les hommes n'est pas un temple de pierres, c'est le corps de Jésus incarné, et quand le Fils de l'homme abandonne son corps sur la croix, son corps spirituel devient le temple spirituel. Ayant justifié tous les hommes par sa croix, Jésus les amène avec lui dans la demeure de Dieu qui devient Demeure de Dieu avec les hommes.

Connaissant désormais la vraie demeure de Dieu avec les hommes, nous pourrons découvrir la progression de la révélation  en lisant ensemble les Ecritures.

Les textes concernant la demeure de Dieu avec les hommes sont nombreux et difficiles à comprendre; l'article sera long et difficile à comprendre.

(Le lecteur pressé peut s'arrêter là., l'introduction de l'article dévoilant la conclusion)

La Genèse

Avec la complicité de sa mère, Jacob a spolié son aîné Esaü, du droit d'aînesse, de la bénédiction paternelle et de la postérité promise à son grand-père Abraham. Il fuit la colère de son frère, dans la précipitation. Le soir il doit s'arrêter, et dans la solitude de la nuit, il voit en songe la fameuse échelle qui lui fait dire : "Vraiment, c'est le Seigneur qui est ici et je ne le savais pas." (Gn.  28, 17). Nous cherchons où est Dieu ? Jacob donne la réponse : "Partout où on s'arrête."

L'Exode

Depuis le départ d'Egypte jusqu'à la construction du temple par Salomon, le Seigneur n'eut d'autre demeure que la tente de la rencontre. Le Seigneur en ordonna l'agencement très précis : " Ils feront une arche en bois d'acacia… Puis tu feras un propitiatoire …Et tu feras deux chérubins en or ; tu les forgeras aux deux extrémités du propitiatoire. Fais un chérubin à une extrémité, et l'autre chérubin à l'autre extrémité. Tu placeras le propitiatoire au-dessus de l'arche et, dans l'arche, la charte que je te donnerai…  Les chérubins déploieront leurs ailes vers le haut pour protéger le propitiatoire de leurs ailes ; ils seront face à face et ils regarderont vers le propitiatoire." …Et tu placeras du pain d'offrande sur la table devant moi. Puis tu feras un chandelier …Tu lui feras des lampes au nombre de sept." ( Ex 25, 10-37)

La charte deviendra les "Tables de la Loi" et le propitiatoire placé au-dessus est le Christ, au-dessus de la loi ; les chérubins de part et d'autre du propitiatoire sont les larrons de chaque côté de la croix du Christ ; la table, autel du sacrifice est le Calvaire ; le pain deviendra Jésus nourriture.

Le Livre des Nombres

Le Livre des nombres précise la nature du propitiatoire :  "Quand Moïse entrait dans la tente de la rencontre pour parler avec le Seigneur, il entendait la voix lui parler du haut du propitiatoire, d'entre les deux chérubins - le propitiatoire était sur l'arche. Et il lui parlait" (Nb 7, 89).

Le propitiatoire n'est pas un couvercle, c'est la voix du Seigneur qui vient du haut, d'entre les chérubins : du haut de la croix de Jésus entourée de celles des larrons. Le propitiatoire est Dieu le Fils qui rend Dieu le Père propice, et le sacrifice du Fils sur la croix est le sacrifice propitiatoire, qui rend propice le Père du ciel.

Le deuxième Livre de Samuel et le premier Livre des chroniques

Le premier Livre des Chroniques et le deuxième livre de Samuel évoquent dans des termes identiques la demeure du Seigneur comme une demeure de nomade : une  tente.

"Quand David fut installé dans sa maison, il dit au prophète Natan : Me voici installé dans une maison de cèdres tandis que l'arc de l'alliance du Seigneur est sous des toiles de tentes… Cette nuit là, la parole de Dieu fut adressée à Natan en ces termes : Va dire à mon serviteur David : …Ce n'est pas toi qui me bâtiras une maison pour que je m'y installe  Car je ne me suis pas installé dans une maison depuis le jour où j'ai fait monter Israël jusqu'à ce jour-ci, mais j'ai été de tente en tente et de demeure en demeure. "( I Ch 17, 1-5)

La maison de David

David ne bâtira pas la maison de Dieu, mais Dieu bâtira la maison de David : Natan est envoyé par le Seigneur dire à David : "Lorsque tes jours seront accomplis… j'élèverai ta descendance après toi, celui qui sera issu de toi-même et j'établirai fermement sa royauté. C'est lui qui établira une maison pour mon nom et j'établirai fermement sa royauté…Devant toi, ta maison et ta royauté seront à jamais stables, ton trône à jamais affermi.

La maison d'Israël est le lieu de rencontre de Dieu avec les hommes. Pour le Seigneur, il est plus important d'avoir un peuple à rencontrer, la maison d'Israël, qu'un temple à habiter.

Salomon construira le temple selon les plans de Dieu, mais c'est Ezéchiel qui en fera la meilleure description.

Le Livre Ezéchiel

En l'an 573, quatorze ans, jour pour jour, après la chute de la ville, l'ange Ezéchiel fut emmené à Jérusalem pour examiner le temple (Ez 40, 1-4). Une apparence d'homme mesurait  avec une canne les dimensions de toutes les portes, de toutes les pièces, vestibules et parvis du temple reconstruit. En plus complexe et plus luxueux, le deuxième temple est une reproduction de la tente de la rencontre, avec son Saint des Saints, ses chérubins et son autel : "La grande salle, le lieu très saints" (Ez 41, 1 et 4), avec tout autour, sur les murs des chérubins et des palmes : "Chaque chérubin avait deux faces : une face d'homme tournée vers la palme, d'un côté et une face de lion, vers la palme de l'autre"(Ez 41, 18), et  devant le lieu saint, l'autel : "Devant ce lieu saint…un autel de bois… C'est la table qui est devant le Seigneur." ( id 21-22). Des anges entourent le Saint des Saints, et les chérubins signalés dans le premier livre de Rois sont les deux larrons entourant le Christ en croix : "Dans la chambre sacrée, il fit deux chérubins en bois d'olivier… Il plaça les chérubins au milieu de la Maison, à l'intérieur les chérubins avaient les ailes déployées, l'aile du premier chérubin touchait le mur et l'aile du second touchait l'autre mur (1 R 6, 23 et 27). Les chérubins dans la maison touchent les murs opposés, et la table devant est l'autel du sacrifice, le Calvaire.

L'apparence d'homme mesura ensuite l'autel, son socle, la montagne de Dieu avec, par-dessus le sommet, quatre cornes : "Voici les prescriptions pour l'autel, le jour où on le construira, pour qu'on fasse monter sur lui l'holocauste. et qu'on y répande le sang" (Ez 43, 18). L'autel est la croix du sacrifice, et le sang répandu est le sang du Christ en croix.

L'homme poursuit : "Tu prendras de son sang, tu en mettras sur les quatre cornes de l'autel… tu feras ainsi l'expiation et la propitiation" (id 20). Jésus en croix est expiation et propitiation pour nos péchés : les cornes de l'autel sont les cornes que verra Zacharie dans sa deuxième vision.

Le Livre de Zacharie

Dans sa deuxième vision, Zacharie donne un début d'explication des quatre cornes de l'autel sur lesquelles est versé le sang : "Ce sont les cornes qui ont dispersé Juda, Israël et Jérusalem" (Za 2, 2). Ces cornes évoquent les rois ennemis d'Israël que Daniel précisera plus tard.

Dans la troisième vision de Zacharie,  apparaît l'Homme-Ange :  "C'était un homme tenant à la main un cordeau à mesurer " (Za 2, 5) qui devient un ange aux versets suivants pour donner, sur ordre d'un autre ange, à Zacharie l'oracle du Seigneur : "Jérusalem doit rester ville ouverte… et je serai là - Oracle du Seigneur - Je serai pour elle un rempart de feu et, au milieu d'elle je serai sa gloire."(Za 2, 5-9). La ville de Jérusalem est la demeure de Dieu et des hommes.

Dans la cinquième vision, Zacharie ne voit plus de tente ni de temple, mais précise le chandelier qui représente à lui seul le futur temple de Dieu. Le chandelier, pièce maîtresse du Saint des Saints, va remplacer le temple. "Je vois un chandelier tout en or, muni d'un réservoir à la partie supérieure et, tout en haut, de sept lampes et de sept becs pour ces lampes ; à ses côtés, deux oliviers, l'un à droite du réservoir et l'autre à gauche… Ces sept lampes représentent les yeux du Seigneur ; ils inspectent toute la terre"(Za 4, 1-10). Le Chandelier de la tente, décrit dans l'Exode, avait déjà sept lampes, et il était entouré de deux oliviers.

Le dialogue continue : "Je repris et lui demandai : Que représentent ces deux oliviers à droite et à gauche du chandelier ? … Que représentent ces deux branches d'olivier qui, par le moyen de deux conduits en or, déversent leur huile dorée ? Il me dit … Ce sont les deux hommes désignés pour l'huile, ceux qui se tiennent devant le maître de toute la terre." (Za 4, 11-13). Les oliviers sont les larrons que nous savons désormais "désignés pour l'huile", l'huile qui était déjà dans la tente de l'Exode : "Tu ordonneras aussi aux fils d'Israël de te procurer de l'huile d'olive limpide et vierge afin qu'une lampe soit allumée à perpétuité dans la tente…c'est une loi immuable." (Ex 27 20-21).

Le chandelier est le Christ en croix, entouré des deux oliviers, les hommes désignés pour l'huile, les deux larrons eux aussi en croix, désignés pour oindre "Jésus de Nazareth, Roi des juifs" sur l'autel du Calvaire.

Le Livre de Daniel

Daniel, visionnaire et ange, confirme les visions d'Ezéchiel et de Zacharie, et les complètent. Les cornes de l'autel sont les cornes de la bête de la deuxième vision de Zacharie. Il voit quatre bêtes dont la dernière est la plus redoutable ; elle a dix cornes. Angoissé, Daniel demande  des explications. Il lui est répondu : "Quant à ces bêtes monstrueuses qui sont au nombre de quatre : Quatre rois se lèveront sur la terre (Dn 7,17)… Quant à la quatrième bête, un quatrième royaume adviendra sur terre (id 23)… Et quant aux dix cornes : de ce royaume. sortiront dix rois ; puis un autre se lèvera après eux."(id 24) (cf. art. 266). Les cornes de l'autel de la tente et du temple sont les rois ennemis d'Israël que Jésus en croix anéantira par son sang répandu.

Daniel, ne parle plus du tout de tente, ni de temple en pierre. Il complète le récit de sa vision : "En ces jours là, moi Daniel… je me trouvais sur le bord du grand fleuve, c'est à dire le Tigre. Je levai les yeux et regardai, et voici qu'il y avait un homme vêtu de lin" (Dn 10, 5)… Son visage avait comme l'aspect de l'éclair… ses bras et ses jambes, comme l'éclat du bronze poli" (id 6). Cette apparence d'homme vêtu de lin ne peut être que Jésus : la vision finale de Daniel le confirme : "Et moi, Daniel, je regardai et voici que deux autres hommes, se tenaient là, l'un sur la rive du fleuve et l'autre sur l'autre rive". L'homme vêtu de lin au-dessus du fleuve et deux autres hommes, l'un sur une rive, l'autre sur l'autre, sont bien le Christ et les deux larrons, ses témoins. Hors du temps, ces anges viennent annoncer leur crucifixion sur le Calvaire, autel du sacrifice.

L'Evangile de Jean

"Détruisez ce temple, et en trois jours, je le relèverai… Le temple dont il parlait était son corps" (Jn 2, 19 et 21).

Enfin, Jésus dit en clair ce que les prophètes visionnaires ont vu et annoncé sans le comprendre. Nous pouvons enfin comprendre que le temple du Seigneur est le corps de Jésus lui-même. Les pharisiens auxquels ces propos sont adressés ne pouvaient pas encore comprendre, pas plus d'ailleurs que les disciples. Ils n'ont compris qu'après la résurrection du Seigneur : "Aussi, quand il ressuscita d'entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu'il avait dit cela ; ils crurent aux prophéties de l'Ecritures et à la parole que Jésus avait dite." (Jn 2, 22)

Le corps de Jésus est bien le temple du Seigneur, mais est-il le vrai temple ? Le Christ est mort, et il a abandonné le temple de son corps sur la croix. Le corps terrestre de Jésus n'est pas encore le vrai temple de Dieu. Le vrai temple, Jean nous le fait découvrir dans son Apocalypse.

L'Apocalypse de Jean

"Alors j'ai vu un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et il n'y avait plus de mer. Et j'ai vu descendre du ciel, d'auprès de Dieu, la cité sainte, la Jérusalem nouvelle, toute prête, comme une fiancée parée pour son époux. Et j'ai entendu la voix puissante qui venait du trône divin : elle disait : Voici la demeure de Dieu avec les hommes ; il demeurera avec eux, et ils seront son peuple, Dieu lui-même sera avec eux." (Ap. 21, 1-3)

La Jérusalem nouvelle vient du ciel : c'est la totalité des anges, tous ces hommes qui, au fur et à mesure de leur mort terrestre, peuplent déjà le ciel. La totalité des anges est comme une fiancée parée pour son époux. Le ciel nouveau est la demeure de Dieu avec les hommes : l'ancien ciel, avant la création de l'homme a disparu. L'ancien ciel était la demeure de Dieu sans les hommes : il a disparu : il n'y a plus de mer pour séparer les deux rives de l'existence terrestre et divine.

"Alors arriva l'un des sept anges…et il me parla ainsi : Viens, je te montrerai la Fiancée, l'Epouse de l'Agneau… Il me montra la cité sainte, Jérusalem… elle resplendissait de la gloire de Dieu (Ap 21, 9-11)…" Dans la cité, je n'ai pas vu de temple, car son temple c'est le Seigneur, le Dieu tout puissant, et l'Agneau. La cité n'a pas besoin de la lumière du soleil ni de la lune, car sa source de lumière, c'est l'Agneau. Les nations marcheront à sa lumière, et les rois de la terre apporteront ce qui leur fait gloire. Le trône de Dieu et de l'Agneau sera dans la ville, et les serviteurs de Dieu lui rendront un culte …le Seigneur Dieu les illuminera et ils régneront pour les siècles des siècles."(Ap 21, 7 - 22, 5)

La Fiancée est bien la cité sainte, Jérusalem (fiancée ou épouse, c'est pareil au ciel), et sa gloire se confond avec celle de Dieu. Il n'y a pas de temple au ciel car le temple est à la fois le Père et le Fils, appelés ici Dieu tout-puissant et Agneau, Lumière créatrice du ciel comme de la terre  (cf. art. 210).

Les rois de la terre, les cornes ennemies d'Israël, habiteront aussi dans la Demeure de Dieu. La croix a réconcilié tous les ennemis et a fait de l'humanité entière le peuple de Dieu. Le ciel est la Demeure de Dieu avec tous les hommes. Tous seront les serviteurs de Dieu et régneront avec le Seigneur Dieu pour l'éternité.

Les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament révèlent la Demeure de Dieu avec les hommes de façon progressive. La Trinité est la vraie Demeure de Dieu avec les hommes. La Trinité divine a intégré l'humanité, en Jésus, par sa croix.

Ces chérubins à face de lion sont les deux témoins de l'Apocalypse qui ont le pouvoir de fermer le ciel et de changer l'eau en sang : " Ce sont eux les deux oliviers, les deux chandeliers, qui se tiennent debout devant le Seigneur de la terre... Si on veut leur faire du mal, un feu jaillit de leur bouche et dévore les ennemis… Ces deux témoins ont le pouvoir de fermer le ciel pour qu'il ne pleuve pas pendant le temps fixé par leur prophétie. Ils ont aussi le pouvoir de changer l'eau en sang et de frapper la terre de toutes sortes de plaies chaque fois qu'ils voudront…" (Ap 11, 5-6)

Les larrons, anges invisibles cette fois, font pleuvoir (1 R 17, 1) et châtient  l'Egypte (Ex 7, 17) et Sodome (Gn 19,23). L'humanité les rejettera et les fera mourir sur la croix avant que le Seigneur ne leur dise : "Montez jusqu'ici!" (Ap 11, 12). Alors, "Ils sont montés au ciel dans la nuée."(Ap 11, 12)

A droite et à gauche, pour l'entourer dans sa gloire, le Seigneur n'a pas choisi Jacques et Jean, les fils de Zébédée comme le demandait leur mère Salomé (Mt 20, 23), mais les larrons, ces bandits, croyant ou incrédule, ces pécheurs représentant l'humanité pécheresse, qui sur leur croix, ont participé au salut du monde avec Jésus.

A la semaine prochaine.

Le laboureur te salue.

P.S. J'écris cet article quand les "sans toit" meurent de froid et de faim, quand le tremblement de terre détruit des milliers de maisons à Haïti. Dieu ne respecte guère les maisons de pierres : elles ne sont pas la demeure de Dieu avec les hommes.

Nous assistons à des événements cruels qui nous dépassent et nous obligent à reconnaître notre impuissance. Que faire donc, si telle est la volonté de Dieu ?

Dieu a partagé avec les hommes son pouvoir créateur. Nous devons donc tout faire pour aménager la terre le mieux possible, et soulager la misère, mais devant de tels désastres que pouvons nous vraiment faire ? 

En faisant mourir les hommes, Jésus en fait des anges. Les morts ont enfin trouvé le bonheur !

Mais les autres ? Ceux qui restent ! Ils peuvent se révolter et Dieu accepte la révolte, mais il hait les tièdes (Ap 3,15), les indifférents, ceux qui disent : "Seigneur, Seigneur" (Mt 7, 21 ) et ne font rien. "La foi qui n'agit pas est une foi morte" (Jc 2, 26).

Si la prière pour obtenir ce qui est déjà promis à tous par la croix semble inutile, comme le pardon, le salut, le ciel ou la vie éternelle, elle est fortement conseillée pour ce que nous n'avons pas : le bonheur, la sérénité ou la foi. Les hommes souffrent, prions pour ceux qui souffrent : "Seigneur, prends en pitié ", si possible avec sérénité et confiance : "Que ta volonté soit faite" !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Laboureur
commenter cet article

commentaires

Du Neuf Dans La Bible

Le MONDE TRINITAIRE - LA REVELATION EVOLUTIVE

Si vous souhaitez lire le document de référence, prenez contact avec
lelaboureur@numericable.fr
je vous le ferai parvenir dans les meilleurs délais

Archives

Liens