Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 07:35

La Bible est un miracle

La Bible est une juxtaposition  de nombreux livres. Les auteurs sont le plus souvent des inconnus qui relatent des événements qui leur sont très antérieurs, et leurs disciples en ont complété le contenu au cours des siècles. Il faut ainsi conclure à deux auteurs pour le seul livre de Zacharie et à trois pour le seul livre d'Esaïe.

Par décision de leurs représentants, les différentes religions reconnaissent certains livres et pas d'autres. Ils reconnaissent certains canoniques, d'autres deutérocanoniques et d'autres apocryphes. De ces livres n'existent que des copies de copies ou des traductions de traductions.

Avoir aujourd'hui une traduction œcuménique de la Bible est un miracle. C'est Dieu qui fait les miracles, mais nul n'est tenu de croire aux miracles. Nul non plus n'est tenu de croire aux anges.

Le miracle, c'est que la Bible a été écrite par des anges !

Comment accorder la moindre crédibilité aux évangélistes s'ils sont des hommes ? Comment des hommes crédibles pourraient-ils témoigner de la tentation du Christ au désert ? (Mt 4, 1-10) Où étaient-ils ? Comment l'homme Jean pourrait-il rapporter avec précision la prière de Jésus à son Père alors qu'il dormait à un jet de Pierre (Lc 12, 41-46) ? Comment croire aux récits de la création s'il est écrit par un homme ?

Dieu charge les anges de porter aux hommes les messages qui ne doivent pas être déformés : eux peuvent témoigner d'événements qu'ils voient d'en haut.

Le Seigneur se révèle dans la Bible par son Verbe. Le Verbe, c'est l'Ange du Seigneur, l'envoyé du Père dés le début de la création. Au jardin d'Eden, c'était déjà l'Ange du Seigneur qu'ont vu Adam et Eve. Comment auraient-ils pu voir Dieu le Père, Esprit, inaccessible à leurs yeux ?

Le Verbe, c'est la Parole de Dieu. La Parole de Dieu, c'est la Bible. Verbe et Bible, c'est pareil ! C'est Dieu révélé.

 

Un seul Livre : un seul auteur.

La Bible est un tout : c'est un seul Livre, révélant progressivement Dieu aux hommes. La Bible n'a qu'un auteur : Dieu. C'est Moïse qui le dit. Pendant que Moïse recevait du Seigneur les tables de la loi, le peuple adorait le veau d'or. En descendant du Sinaï, Moïse dit au peuple : "Vous avez commis un grand péché, mais maintenant je vais monter vers le Seigneur ; peut-être obtiendrais-je l'absolution de votre péché. Moïse revint vers le Seigneur et dit : Hélas ! ce peuple a commis un grand péché ; ils se sont fait des dieux d'or. Mais maintenant, si tu voulais enlever leur péché… Sinon efface-moi du livre que tu as écrit." (Ex 32, 30-33)

"Efface-moi du livre que tu as écrit" : C'est clair. Dieu a écrit un livre avec le nom de tous les hommes qui seront sauvés. Moïse demande d'en être effacé si Dieu ne pardonne pas à son peuple. Et le Seigneur répond : "C'est celui qui a péché contre moi que j'effacerai de mon livre" (id 33).

Sur le livre que le Seigneur a écrit dès le début, figure le nom de tous les hommes. N'en sera effacé que le nom des pécheurs. Les pécheurs seront condamnés jusqu'au jour où Jésus sur la croix aura justifié tous les pécheurs. La croix rend caduque, toutes déclarations antérieures, même celle de Jésus lui-même.

Le Seigneur écrit par personnes interposées, par des hommes ou par des ressemblances d'hommes. La ressemblance est telle que personne ne peut les différencier.

Ainsi pour écrire le Livre de Zacharie Dieu n'envoie pas deux hommes, vivants à des époques différentes, il envoie, à des époques différentes  un seul et même ange, l'ange Zacharie. Il enverra encore le même ange Zacharie pour donner naissance à l'ange Jean Baptiste.

Pour écrire le Livre d'Esaïe, il n'envoie pas trois hommes à des siècles d'écart, il envoie un seul ange, l'ange Ezaïe.

Pour écrire le protévangile de Jacques, il ne choisit pas un homme, il envoie l'écrire l'ange Jacques, l'auteur des épitres.

Ezéchiel est aussi un ange, et on ne se posera plus la question de savoir si l'homme vivait à Babylone ou à Jérusalem. Il est transporté de Babylone à Jérusalem, de Jérusalem à Babylone, et de Babylone à Jérusalem, comme un esprit, hors du temps, et hors de l'espace.

Plus besoin non plus de chercher comment Elie a quitté la terre, comment Jonas est passé au travers les fanons de la baleine, ni comment il est resté dans son estomac pendant trois jours.

On ne peut plus s'étonner que les même propos soit tenus dans des termes identiques par les prophètes différents au cours des siècles. Tous les livres évoqués dans la Bible n'en sont qu'un seul auteur : le Verbe qui parle lui-même ou qui fait parler ses anges.

 

Le Livre dans la Bible

L'Exode, Ezéchiel, Daniel et Jean font mention de livres différents : l'un est écrit des deux côtés et doit être mangé ; un autre est dit de vérité, et sur celui là, il faut être inscrit pour être sauvés, et tous ces livres doivent être scellés jusqu'à la fin des temps.

 

Le Livre écrit des deux côtés

Dans la tempête, Ezéchiel vit "la ressemblance de quatre êtres vivants… Ils ressemblaient à des hommes. Chacun avait quatre visages et chacun d'eux quatre ailes… Des mains d'hommes sous leurs ailes étaient tournées dans les quatre directions, ainsi que leurs visages et leurs ailes…Leurs visages ressemblaient à un visage d'homme ; tous les quatre avaient, à droite une face de lion, à gauche une face de taureau, et tous les quatre avaient une face d'aigle…Ils allaient dans la direction où l'esprit voulait… Ils ressemblaient à des être vivants…" (Ez 1, 5-13)

Cette vision effraya Ezéchiel qui se jeta la face contre terre. Il ne comprenait pas, et entendit la voix du Seigneur : "Ouvre la bouche et mange ce que je vais te donner. Je regardai : une main était tendue vers moi, tenant un livre enroulé. Elle le déploya devant  moi ; il était écrit des deux côtés ( Ez.2, 10)

Ezéchiel a vu les quatre auteurs de l'Evangile. Ils avaient, tous les quatre, même tête, avec chacun, les quatre mêmes faces, des ailes et des mains. Tous quatre sont à la fois hommes, puisqu'ils ont des mains, et anges, puisqu'ils ont des ailes : ils étaient hommes quand ils ont écrit les Evangiles et sont devenus anges en mourant. Ils ont tous les quatre la puissance du lion. la fécondité du  taureau et la vigilance de l'aigle. L'Evangile qu'ils ont écrit est Parole de Dieu, puissante, féconde et vigilante.

Si le livre d'Ezéchiel est écrit des deux côtés, c'est que les évangélistes ont pris le Livre de l'Ancien Testament  écrit d'un côté, et écrit sur l'autre côté la suite du Livre, le Nouveau Testament. Le Livre écrit des deux côtés est le signe de la continuité de la révélation divine dans la rupture, la rupture étant l'incarnation et la mort du Verbe de Dieu. La croix change tout.

 

Un Livre à manger

"Il me dit : Fils d'homme, mange-le, mange ce rouleau… je le mangeai : il fut dans ma bouche d'une douceur de miel… Il me dit : Rends-toi auprès de la maison d'Israël et parle leur avec mes paroles."( Ez 3, 1-4)

La Bible est Parole de Dieu : elle doit être ingérée, puis digérée, avant d'être diffusée. Le rouleau qu'Ezéchiel mange a dans sa bouche la douceur du miel.

Jean, dans l'Apocalypse doit aussi manger le livre que lui tend l'ange. Dans sa bouche, il a aussi la douceur du miel,  mais, dit Jean : "Quand je le l'eus avalé, il remplit mes entrailles d'amertume."(Ap 10,9)

Si le petit livre est doux comme le miel dans la bouche d'Ezéchiel et de Jean, c'est que les Ecritures ont la douceur de la Parole de Dieu. Si, après l'avoir ingéré, il emplit les entrailles de Jean d'amertume, c'est que Jean, en l'assimilant, a découvert l'amertume de la Passion de Jésus, l'amertume du fiel que Jésus a bu sur la croix : "Ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel" (Mt 27,34). Douceur du miel !  Amertume du fiel !

Ayant assimilé les Ecritures, Jean, comme Ezéchiel doit reprendre sa mission de prophète : "Alors on me dit : Il faut que tu reprennes ta mission de prophète."(Ap 10, 8-14)"

Le prophète parle avec les Paroles de Dieu. La Bible est parole de Dieu : elle est Verbe de Dieu.

 

Le Livre de Vérité

Daniel, "l'homme des prédilections", le préféré du Seigneur, reçut une parole : "Quelqu'un ayant la ressemblance des fils d'homme,…dit : Je t'annoncerai ce qui est écrit dans le livre de vérité." (Daniel 10, 21). Evoquant la fin des temps, ce même quelqu'un dit à Daniel : "En ce temps-là, ton peuple en réchappera, quiconque se trouvera inscrit dans le Livre. Beaucoup de ceux qui dorment dans le sol poussiéreux se réveilleront, ceux-ci pour la vie éternelle, ceux là pour l'horreur éternelle (Dn 12, 1-2) 

Pour nous aujourd'hui, ce "quelqu'un qui a la ressemblance des fils d'homme", est l'apparence d'un homme, l'Ange Jésus, qui ressemble tellement à un homme qu'on ne peut le prendre que pour un homme. L'Ange Jésus, hors du temps, annonce à Daniel le contenu du Livre de Vérité. Le livre de Vérité est rempli des noms de tous les hommes, des élus et des condamnés. C'est ce que disait déjà Moïse : "Efface-moi du livre que tu as écrit".

Mais Jean, dans sa lettre à l'Eglise de Pergame a écrit sous la dictée du Seigneur : "Au vainqueur,  je donnerai…  aussi une pierre blanche, avec, écrit sur cette pierre, un nom nouveau que personne ne connaît, sauf celui qui la reçoit." (Ap. 2, 17)

Qui donc est le vainqueur ? Qui donc désigne le vainqueur ? La Genèse donne la réponse.

 

Le passage du Yabboc

Esaü voulait tuer Jacob (Gn 27, 41-42). Jacob fuit dans la panique. Il se réfugie chez son oncle Laban épouse ses filles et leur fait des enfants à elles et à leurs servantes. 

Vingt ans plus tard, il revient, avec femmes, enfants et troupeaux vers la terre, promise à ses pères. Il craint toujours la colère d'Esaü. Arrivé sur le bord du Yabboq, il fait passer de l'autre côté, bêtes et gens, et reste seul. Alors, "Un homme se roula avec lui dans la poussière jusqu'au lever de l'aurore. Il vit qu'il ne pourrait l'emporter sur lui, il heurta Jacob à la courbe de la hanche qui se déboîta alors qu'il roulait avec lui dans la poussière. L'homme dit alors à Jacob : "Laisse-moi, car l'aurore s'est levée. Je ne te laisserai pas, répondit Jacob, tant que tu ne m'aies béni. Il lui dit : Quel est ton nom ? Jacob, répondit-il. Il reprit : On ne t'appellera plus Jacob, mais Israël, car tu as lutté avec Dieu et avec les hommes, et tu l'as emporté. Jacob lui demanda : De grâce, indique-moi ton nom. Et pourquoi, dit-il, me demandes-tu mon nom ?

Là même, il le bénit ; Jacob appela ce lieu "Peniel - c'est à dire Face de Dieu - car j'ai vu Dieu face à face et j'ai eu la vie sauve. Le soleil se levait quand il passa Pénouel. Il boitait de la hanche." ( Gn 32, 24-32)

Quel est donc ce personnage mystérieux venu se battre avec Jacob ? Un homme, un Dieu ou un Ange ? Il vient, sans prévenir, dans le calme de la nuit, alors que Jacob ne demande rien. Il engage avec lui, un combat qui le blesse, et le déclare vainqueur, lui disant seulement : "Tu as lutté avec Dieu et avec les hommes, et tu l'as emporté".

L'homme qui se dit "Dieu …avec les hommes" ne peut être que Jésus incarné. Jacob s'est battu avec l'Ange Jésus. Et Jésus l'a déclaré vainqueur. Cela veut dire qu'il se met à son service pour aborder Esaü. Jésus va transformer la crainte de Jacob et le courroux d'Esaü en amour fraternel réciproque.

Le vainqueur du combat est Jacob et celui qui déclare le vainqueur est Jésus.

Alors, à la porte du paradis, nous trouverons Jésus sur notre route : Il nous déclarera vainqueur et nous remettra la pierre blanche sur laquelle est inscrite notre propre nom ; elle permettra au portier de vérifier qu'il est bien sur le grand Livre de Vérité.

 

Le Livre scellé : le Livre au sept sceaux

Quant à toi Daniel garde secrètes, ces paroles et scelle le Livre jusqu'au temps de la fin."(Dn 12, 4).

Daniel est un visionnaire et tous les visionnaires voient des images sans interprétation, entendent des paroles ambiguës sans explication, ont des songes sans en comprendre le sens.

Jésus lui-même parle en paraboles. Quand il fait des miracles, quand il guérit des sourds-muets (Mc 7, 32-36), des lépreux(Mc 1, 40-45) et des aveugles (Mt 9, 27-31), il dit aux hommes qu'il a guérit : "Attention ne dis rien à personne." Chaque fois, les miraculés répandent immédiatement la nouvelle (cf. art 222). Pourquoi ?

Quand Jésus prend à l'écart, Pierre, Jacques et Jean et qu'il apparaît dans la gloire de la transfiguration, il leur dit : "Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts." (Mt 17, 1-9). Pourquoi ?

Jésus impose le silence jusqu'à sa résurrection, mais ne dit pas pourquoi. Sa réponse est scellée !

Tout est scellé, tout est mystère jusqu'à la fin des temps.  La fin des temps, c'est quand Jésus dit sur la croix : "Tout est accompli". (Jean 19, 30)

La Bible est le Livre où tout est scellé jusqu'à la mort de Jésus et sa Résurrection. Parce qu'elle ne prend de sens qu'avec la Résurrection du Christ. Les visions des prophètes visionnaires, les miracles, la Transfiguration ne prennent de sens qu'une fois connue la mort et la Résurrection de Jésus. Et encore ! L'homme est incapable d'en comprendre seul le sens. Jésus a dit par la voix d'Esaïe et de Marc : "Ils pourront bien regarder de tous leurs yeux, mais ils ne verront pas ; ils pourront bien écouter de toutes leurs oreilles, mais ils ne comprendront pas." (Isaïe 6, 9-10) (Mc 4, 12)

 

L'Agneau immolé brise les sceaux

L'ange révèle à Jean dans l'Apocalypse : "J'ai vu dans la main droite de celui qui siège sur le trône céleste un Livre en forme de rouleau, écrit à l'intérieur et à l'extérieur, scellé de sept sceaux. Puis j'ai vu un ange imposant, qui proclamait d'une voix puissante : Qui donc est digne d'ouvrir le Livre et d'en briser les sceaux? Mais personne, au ciel, sur terre ou sous terre, n'était capable d'ouvrir le Livre et d'en regarder le texte. Et moi, je pleurais beaucoup, parce que personne n'avait été trouvé digne d'ouvrir le Livre et d'en regarder le texte. Mais l'un des anciens me dit : Ne pleure pas, Voilà qu'il a remporté la victoire, le lion de la tribu de Juda. Le descendant de David : il ouvrira le livre au sept sceaux.

Et voici ce que j'ai vu encore : en face du trône, en face des quatre Vivants et des anciens, il y avait un Agneau: il se tenait debout, et il était comme immolé… Il s'avança et reçut le Livre. Les quatre Vivants et les Anciens…  chantaient ce cantique nouveau : Tu es digne de recevoir le Livre scellé et de l'ouvrir, car tu as été immolé ; par ton sang, tu as racheté pour Dieu des hommes de toutes races, langues, peuples et nations, et tu en as fait pour notre Dieu un royaume de prêtres qui règneront sur la terre." (Ap 5, 1-10)

La Bible est le livre aux sept sceaux  et seul l'Agneau immolé peut  les briser.

Le Seigneur a écrit un Livre. Nous n'en pouvons comprendre que ce qu'il veut nous en faire comprendre.

 

A la semaine prochaine

Le laboureur te salue.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Laboureur
commenter cet article

commentaires

Du Neuf Dans La Bible

Le MONDE TRINITAIRE - LA REVELATION EVOLUTIVE

Si vous souhaitez lire le document de référence, prenez contact avec
lelaboureur@numericable.fr
je vous le ferai parvenir dans les meilleurs délais

Archives

Liens