Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 06:45

 

"Quand l'agneau ouvrit le premier des sept sceaux, j'entendis le premier des quatre animaux s'écrier d'une voix de tonnerre : Viens ! (Ap 6, 1)

L'agneau ouvre le premier sceau. Alors le premier des quatre animaux s'écrie : "Viens". Les quatre animaux sont les quatre vivants de la Gloire, les quatre chérubins identiques ; ils ont chacun quatre faces d'animaux. ce sont les auxiliaires de premier rang. C'est l'un d'eux qui parle au nom du Seigneur : il dit : "Viens".

" Et je vis un cheval blanc. Celui qui le montait tenait un arc, une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre." (Ap 6, 2)

Le cheval blanc est Jésus, vainqueur du monde.

 

Clé de lecture

Le neuf déjà découvert dans la Bible va nous permettre de comprendre ce passage de l'Apocalypse.

La Bible, le Livre au sept sceaux, est l'histoire du monde, racontée par Hénok sous le nom de tous les prophètes.

Il faudra donc se reporter aux visions des prophètes dans l'ordre chronologique. Elles représentent  un message divin destiné en premier lieu au contemporains du prophète. Il concerne le peuple juif et ses ennemis, Jérusalem et son temple.

Ainsi, Zacharie, l'ange visionnaire des chevaux, s'adresse à l'époque de Darius, quand il le précise (Zacharie 1) à l'époque d'Alexandre le grand, quand le contexte le laisse entendre (Zacharie 2).

Jean s'adresse évidemment aux premiers chrétiens.

Au final, Hénok écrit une histoire du monde, datée avec beaucoup de précision. Hénok, ange visionnaire et scribe, se présente tantôt sous le nom d'un même prophète, tantôt sous les noms des différents prophètes.

L'ange Zacharie, visionnaire des chevaux à l'époque de Darius permet  de comprendre la vision des chevaux de Jean après la mort de Jésus. De même, l'ange Joël, le visionnaire des sauterelles  - on ne sait trop quand - permet de comprendre la vision des sauterelles à l'époque de l'Apocalypse de Jean.

Pour comprendre, il faut respecter la chronologie et se reporter à l'époque des visions.

 

Les chevaux  et les cavaliers dans la vision de Zacharie

" Le 24 du 11ème mois - le mois de Shévat -, la deuxième année du règne de Darius, la parole de Dieu fut adressée au prophète Zacharie, fils de Bèrèkya, fils de Ido en ces termes : J'ai eu cette nuit une vision : C'était un homme monté sur un cheval roux… et derrière lui il y avait des chevaux roux, alezans et blancs." (Za 1, 8)

En 520, la deuxième année du règne de Darius (522-486), commencé en 522, des cavaliers, montés sur des chevaux de toutes couleurs, inspectent le monde.

Le même ange pose au Seigneur la question : "Que représentent-ils ? " Le Seigneur répond :"Ce sont ceux que le Seigneur a envoyé parcourir la terre. Alors ceux-ci s'adressèrent à l'ange du Seigneur qui se tenait parmi les myrtes et lui dirent : Nous avons parcouru la terre et voici que tout est tranquille et en repos." (Za 1, 8-11)

Tout est calme, rien ne menace Jérusalem. En 520, les déportés sont rentrés d'exil après l'édit de Cyrus en 538 ; Josué et Zorobabel commence à reconstruire le temple.

L'ange du Seigneur (Hénok) pose alors une question : "Jusqu'à quand tarderas-tu à prendre en pitié Jérusalem et les villes de Juda contre lesquelles tu es irrité depuis soixante dix ans ?".

Dieu s'est irrité contre Jérusalem pendant les soixante-dix ans qu'à duré l'exil. Et le Seigneur répond : "Je reviens vers Jérusalem avec compassion, ma maison sera rebâtie…  Le Seigneur consolera encore Sion, il choisira encore Jérusalem. " (Za 1, 8, 17)

En 520 commence la reconstruction de Jérusalem et le Seigneur annonce qu'il choisira encore Jérusalem. Ce message est pour les temps futurs : c'est une prophétie qui se réalisera au temps où Jean écrira l'Apocalypse, après la destruction du temple en 70 dans le calendrier grégorien.

 

Il est encore question de chevaux dans le livre de Zacharie, Dans la deuxième partie que les exégètes désigne par deuxième Zacharie et qu'ils jugent se situer au temps d'Alexandre le grand: "En ce jour-là - Oracle du Seigneur – je frapperai tous les chevaux d'affolement et les cavaliers de démence, mais sur la maison de Juda,  j'aurai les yeux ouverts -, et tous les chevaux des nations, je les frapperai de cécité. Pour les habitants de Jérusalem, leur force réside dans le Seigneur le Tout-Puissant, leur Dieu. Ce jour-là je rendrai les chefs de Judas pareils à un brasier… Mais Jérusalem restera installé à la même place."

Au temps d'Alexandre, Jérusalem fut épargné, mais le pays fut envahi par ses troupes et la région dévastée.

Pour le détail, il faut se reporter à Flavius Joseph : il explique pourquoi le temple fut épargné. 

 

Maintenant, nous pouvons comprendre les cavaliers et les chevaux de l'Apocalypse

 

 

Les chevaux  et des cavaliers dans l'Apocalypse de Jean

L'Agneau, seul digne d'ouvrire les sceaux, ouvre les quatre premiers. A chaque ouverture apparaît un cheval de couleur différente.

A l'ouverture du premier, Jean commente : " Et je vis un cheval blanc. Celui qui le montait tenait un arc, une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre" (Ap 6, 2).

Le cavalier du cheval blanc est le Christ lui-même, l'Ange du Seigneur. Il a la couronne royale et part pour vaincre. Il a un arc à la main ; ses flèches sont pour tuer.

A l'ouverture du deuxième sceau, apparut "un autre cheval, rouge feu. A celui qui le montait fut donné le pouvoir de ravir la paix de la terre pour qu'on s'entretue, et il lui fut donné une grande épée" (Ap 6,4).  

Le deuxième cavalier reçoit une épée et le pouvoir de diviser le monde pour qu'une partie tue l'autre.

A l'ouverture du troisième sceau, apparut "un cheval noir. Celui qui le montait tenait une balance à la main". Comme une voix dit alors : "Une mesure de blé pour un denier et trois mesures d'orge pour un denier, Quand à l'huile et au vin, n'y touche pas." (Ap 6, 5-6)

Le cavalier mesure le blé et l'orge à celui qui a de l'argent. Il ne donne rien à celui qui n'a rien, mais il ne touche ni à l'huile, ni au vin. L'huile sert à l'onction des rois, et le vin est symbole de la Vie Eternelle. Le cavalier noir n'a pas droit d'y toucher.

A l'ouverture du quatrième sceau, apparut "un cheval blême. Celui qui le montait, on le nomme la mort, et l'Hades  le suivait. Pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour tuer par l'épée, la famine, la mort et les fauves de la terre." (id 8)

 

Qui est le cavalier blanc ?

Un autre passage de l'Apocalypse le précise :

"Alors je vis le ciel ouvert. C'était un cheval blanc : celui qui le monte se nomme Fidèle et Véritable. Il juge et combat avec justice. Ses yeux sont une flamme ardente ; sur sa tête de nombreux diadèmes, et, inscrit sur lui, est un nom qu'il est seul à connaître. Il est revêtu d'un manteau trempé de sang, et il se nomme : la Parole de Dieu."(Ap 16, 11-13)

Le cavalier blanc est Roi ; trempé d'un manteau trempé de sang. Il est l'agneau sacrifié sur la croix ; son nom est Parole de Dieu. Le cavalier blanc est le Verbe de Dieu.

"Les armées du ciel le suivaient  sur des chevaux blancs, vêtues de lin blanc et pur (id 14).

Le suit l'armée des anges revêtue du Christ, le vêtement blanc qui donne accès aux noces de l'Agneau.

"De sa bouche sort un glaive acéré pour en frapper les nations. Il les mènera paître avec une verge de fer, il foulera la cuve où bouillonne le vin de la colère du Dieu Tout-Puissant. Sur son manteau et sur ses cuisses il porte un nom écrit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs" ( id 15-16)

Il frappera du glaive les rois ennemis d'israël.

"Alors je vis un ange dans le soleil. Il cria d'une voix forte à tous les oiseaux qui volaient au Zénith : Venez, rassemblez-vous pour le grand festin de Dieu pour manger la chair des rois, la chair des chefs, la chair des puissants, la chair des chevaux et de ceux qui les montent, la chair de tous les hommes libres et esclaves, petits et grands." (Ap 19, 17-18).

Les oiseaux se rassasieront du corps des rois ennemis, mais aussi du corps de toute créature. L'esprit de tous les hommes rejoindra le Père tandis que tout corps périssable ne peut avoir accès au monde nouveau où tout est Esprit.

Le cavalier blanc est Jésus, l'Agneau ; par son immolation, il donne accès au ciel même aux ennemis d'Israël.

 

Il y a quatre chevaux de couleurs différentes dans les visions de Zacharie et de Jean, mais il n'y a qu'un cavalier, Jésus, le vainqueur de la mort par la mort. Il est un tueur (cf art. 309 intitulé : "Le Seigneur est un tueur" ) : Il donne la mort terrestre comme un cadeau, car il faut passer par elle pour vivre éternellement.

 

Sauterelles et chevaux

De même que les chevaux de Zacharie permettent  de comprendre ceux de l'Apocalypse, de même les sauterelles de Joël permettent de comprendre celles de Jean. L'article 422 donne l'explication des sauterelles. Un simple rappel. La phrase clé est la suivante : "Ce que le trancheur a laissé, l'essaimeur le dévore, et ce que l'essaimeur a laissé, le lécheur le dévore, et ce que le lécheur a laissé, le décortiqueur le dévore." (Jl 1, 2-4)

En voici l'explication : Le Seigneur est à la fois le trancheur, l'essaimeur, le lécheur et le décortiqueur. Il est tueur. Ce  qu'il ne tue pas par l'épée, il le tue par l'exil, ce qu'il ne tue pas par l'exil, il le lèche, il le mange, et ce qui reste après l'avoir léché, il le décortique comme le font les sauterelles et les criquets du désert.

Une fois les sauterelles passées, il ne reste rien.

Le Seigneur est un tueur (cf. art. 308)

 

Qui est Joël ?

Joël est Hénok. Evidemment ! Mais encore ? Quand vécut-il ?

Les exégètes n'ont pas résolu la question. Sans doute par la faute des traducteurs des versets 2 et 12 du chapitre 4 du Livre de Joël.

La TOB traduit : "Je rassemblerai toutes les nations et je les ferai descendre dans la vallée nommée : Le Seigneur juge" (Jl 4, 2) et "Que les nations se mettent en branle ; qu'elles montent dans vers la vallée nommée : Le Seigneur juge" (Jl 4, 12)

Le chanoine Crampon divise le Livre de Joël en deux parties. Dans la deuxième, il traduit ces deux versets en appelant la vallée : "Vallée de Josaphat".

Les exégètes sont manifestement gênés par les dates qui ne "collent pas" avec l'histoire juive.

Sachant que Joël est un ange, il apparaît, disparaît, réapparaît et redisparaît à son gré. Les dates ne posent plus problème.

La vallée de Josaphat est une allusion directe au tombeau de Josaphat.  Il se trouve,  par hasard, voisin de celui de Zacharie, dans la vallée de Cédron.

La première fois qu'il apparaît dans l'histoire, Joël est contemporain de Josaphat. Le roi Josaphat  régna de 870 à 846. Son histoire est racontée dans le premier Livre des rois (1 R 18, 17-40) et dans le deuxième Livre des Chroniques (2 Ch 17, 12).

Simple remarque : Joël y prend le nom de Michée.

 

Les sauterelles dans l'Apocalypse

Ainsi renseigné par les sauterelles de Joël, on comprend plus facilement celles de Jean.

"Je vis une étoile précipitée du ciel sur la terre ; et il lui fut donné la clé du puits de l'abîme"(Jl 9, 1)

L'étoile est un ange tombée du ciel. Judas nous  a appris dans son Evangile apocryphe que les hommes en mourant donne des anges au paradis et des étoiles au firmament. L'ange est Hénok.

"Il en monta une fumée, comme celle d'une grande fournaise. Le soleil en fut obscurci, ainsi que l'air. Et de cette fumée, les sauterelles se répandirent sur la terre. Il leur fut défendu de faire aucun tort à l'herbe de la terre, ni à aucun arbre, mais seulement aux hommes qui ne portent pas sur le front le sceau de Dieu. Il leur fut permis non de les faire mourir, mais d'être leur tourment cinq mois durant. Et le tourment qu'elles causent est comme celui de l'homme que blesse un scorpion. En ces jours-là, les hommes chercheront la mort et ne la trouveront pas. Ils souhaiteront mourir et la mort les fuira." (Ap 9,1-6)

Les sauterelles s'attaquent seulement aux hommes non marqués du sceau. Ni à l'herbe ni aux hommes marqués du sceau. Les sauterelles ne tuent pas ; elles blessent et font souffrir comme le font les scorpions.

Seule difficulté de compréhension : les tourment durent 5 jours. (Je ne le sais pas)

"Les sauterelles avaient l'aspect de chevaux équipés pour le combat et sur leurs têtes, on eût dit des couronnes d'or, et leurs visages étaient comme des visages humains. Elles avaient des cheveux comme des cheveux de femme, et leurs dents étaient comme des dents de lion. Elles semblaient être comme cuirassées de fer, et le bruit de leurs ailes étaient comme le bruit de chars à plusieurs chevaux courant au combat." (Ap 9,7-10)

Les sauterelles sont image de Dieu, avec des couronnes royales ; elles ressemblent aux chérubins de la Gloire avec leurs visages d'homme à dents de lion, avec le bruit des chars et de leurs ailes ; elles sont les auxiliaires du Seigneur.

'Elles ont des queues comme celles des scorpions, armées de dards, et dans leurs queues réside leur pouvoir de nuire aux hommes cinq mois durant. " (Ap 9, 7-10)

Les sauterelles ressemblent à des scorpions ; leur pouvoir est dans leur dard ; leurs piqures font souffrir, non pas pendant 5 jours, mais pendant 5 mois. (Je ne sais pas pourquoi 5 mois.)

"Elles ont comme roi l'ange de l'abîme qui se nomme, en hébreu, Abaddôn et, en grec, porte le nom d'Apollyôn." (Ap 9, 11)

Abaddôn et Abaddon veulent, tous deux, dire destruction.

L'Evangile de Judas nous a appris que  l'ange de l'abîme destructeur est Saklas, l'ange qu'est devenu le mauvais larron dans l'éon de la création.

Les sauterelles sont le premier malheur annoncé par le cinquième ange.

 

Les deux malheurs suivants

A l'ouverture du sixième sceau, le sixième ange fit sonner sa trompette pur annoncer deux nouveaux malheurs.

Jean entendis une voix venant de l'autel, elle disait : "Libère les quatre anges qui sont enchaînés sur le grand fleuve Euphrate. On libéra les quatre anges qui se tenaient prêts pour l'heure, le jour, le mois et l'année où ils devaient mettre à mort le tiers des hommes."(Ap 9, 12-15)

Ces quatre anges enchaînés près de l'Euphrate sont les quatre géants dont les corps ont disparu dans le déluge, mais dont les esprits attendent dans les enfers d'être libérés par le Seigneur descendu aux enfers avant d'apparaître à Marie Madeleine devant un tombeau vide.

Pourquoi quatre géants ? Les quatre géants sont les quatre descendants du géant Hénok (cf. art. 402)Ils s'appellent : Yered, Mehouyaël, Metoushalem et Lamek.

"Et le nombre de la cavalerie était de deux myriades de myriades. J'en entendis le nombre. Tels m'apparurent dans la vision, les chevaux et leurs cavaliers : Ils portaient des cuirasses de feu d'hiacinthe et de soufre. Les têtes des chevaux étaient comme des têtes de lions, et leurs bouches vomissaient la fumée et le soufre. Par ces trois fléaux, le feu, la fumée et le soufre, que vomissaient leurs bouches, le tiers des hommes périt." (Ap 9, 18)

Jean ne parle plus de sauterelles mais de cavalerie, de chevaux et de cavaliers qui firent périr le tiers des hommes.

"Car le pouvoir des chevaux résident dans leurs bouches ainsi que dans leurs queues. En effet, leurs queues ressemblent à des serpents, elles ont des têtes et par-là peuvent nuire.( Ap 9, 19)

Le pouvoir des chevaux réside dans leurs bouche scomme celui des sauterelles et dans leurs queues qui ressemblent au serpent de la Genèse dont la tête est comme un dard de scorpion.

"Quant au restant des hommes, ceux qui n'étaient pas morts sous le coup des fléaux, ils ne se repentirent pas des œuvres de leurs mains, ils continuèrent à adorer les démons, les idoles d'or ou d'argent, de bronze, de pierre ou de bois qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher. Ils ne se repentirent pas de leurs meurtres ni de leurs sortilèges, de leurs débauches ni de leurs vols." (Ap 9, 20, 21)

Toute la misère, que Dieu permet à Saklas d'imposer aux hommes pécheurs (cf. Evangile de Judas) ne les ont pas empêché de rester dans leurs errements, dans leur péché, dans leur refus de Dieu.

Hier, comme aujourd'hui, l'homme refuse les avertissements de Dieu et maintient  sa révolte contre lui.

 

Apocalypse ne veut pas dire Mystère, mais Révélation. Dieu ne s'entoure pas de mystères. Il se révèle par des symboles et des visions codées, mais il donne les clés pour les décoder.

Il a choisi de les cacher dans les livres cachés, les apocryphes !

Les apocryphes ne sont plus cachés puisque le "hasard" les a fait retrouver récemment en Egypte et près de la mer morte

Ils ne sont plus cachés mais restent hérétiques.

 

A la semaine prochaine.

Le laboureur te salue

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Laboureur
commenter cet article

commentaires

Du Neuf Dans La Bible

Le MONDE TRINITAIRE - LA REVELATION EVOLUTIVE

Si vous souhaitez lire le document de référence, prenez contact avec
lelaboureur@numericable.fr
je vous le ferai parvenir dans les meilleurs délais

Archives

Liens