Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 09:10

"Jésus enseigne le pardon sous condition. Il nous dit de prier en disant : " Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ", mais sur la croix, il pardonne sans condition : "Père, Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font." (Lc 23, 34)

Depuis que Jésus est mort sur la croix, les péchés ne condamnent plus le pécheur.

La croix rend caduque tout ce qui a été dit ou écrit, sans s'y référer

La mort du Fils de l'homme, dépasse tout ce qu'il a dit, et tout ce qui a été dit de lui, sans référence à la croix. La croix explique toutes les contradictions des Ecritures, le vieux étant tout ce qui a été compris sans tenir compte de la mort de Jésus sur la croix ; le neuf est tout ce que l'on peut comprendre en en tenant compte.

Ainsi, dans la parabole du serviteur impitoyable, comme dans le "Notre Père" se trouvent du vieux et du neuf.

Le serviteur impitoyable

"Le Royaume des cieux est comparable à un roi qui voulait régler ses comptes avec ses serviteurs… On lui amena quelqu’un qui lui devait dix mille talents (c’est à dire soixante millions de pièces d’argent). Comme il n'avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en remboursement de sa dette. Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : Prends patience envers moi et je te rembourserai tout. Saisi de pitié, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit sa dette. Mais en sortant, le serviteur trouva un de ses compagnons qui lui devait cent pièces d’argent. Il se jeta sur lui pour l’étrangler… Il le fit jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait remboursé … Alors celui-ci ( le maître )… lui dit : Serviteur mauvais ! Je t’avais remis ta dette… Ne devais-tu pas à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ? Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il ait tout remboursé. C’est ainsi que mon Père vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son  frère de tout son cœur." (Mt 18, 21-35)

Jésus a dit aussi : "La mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous (Lc 6, 38).

Le vieux dans est de comprendre ces textes selon la justice. Humaine ou divine, la justice sanctionne les écarts à la loi. Le neuf est de les comprendre en se référant à l'amour de Jésus qui pardonne tout en mourant sur la croix.

L'amour de Dieu dépasse sa justice.

Le Notre Père

 Vous donc, priez ainsi : … Remets-nous nos dettes comme nous les avons remises nous-même à ceux qui nous devaient. " (Mt 6, 7-12)  Jésus a dit aussi : "Et quand vous êtes là en train de prier, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez-lui, pour que votre Père qui est aux cieux vous pardonne aussi vos fautes. Si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est aux cieux ne vous pardonnera pas vos péchés" (Mc 11, 25-26)

La prière d'un homme récitant son Pater est dépassée par celle d'un Dieu souffrant sur la croix. Nos péchés nous condamnaient, la croix nous sauve. Nous sommes tous déjà sauvés. Pourquoi demander un pardon déjà accordé ? La réponse à cette demande du Pater est déjà accordée.  Pas les autres !

La croix explique toutes les contradictions des Ecritures, même celle du péché contre l'Esprit.

L'impossible péché contre l'Esprit

"Si quelqu'un dit une parole contre le Fils de l'homme, cela lui sera pardonné, mais si quelqu'un parle contre l'Esprit Saint, cela ne lui sera pardonné ni dans ce monde-ci, ni dans le monde à venir." (Mt 12, 32)

Le Fils de l'homme est le Fils d'Adam : on peut récuser un fils d'homme : ce péché est pardonnable. Récuser l'Esprit, c'est pécher contre l'Esprit. Péché impardonnable !

Jésus a dit : "Moi, je suis la porte"(Jn 10, 9). Il est la porte du paradis que l'homme trouvera grande ouverte le jour de sa mort, et pour l'introduire, il découvrira le portier, Jésus, revêtu de la lumière du Transfiguré (Mt 17, 1- 9). Il le verra de ses propres yeux, de ses yeux humains, comme l'a dit Job ; C'est moi qui le contemplerai, oui, moi ! Mes yeux le verront…"(Jb 19, 25-27) Que verront ses yeux ? Le Fils de l'homme ? Il est mort sur la croix ! Jésus, le Fils de Dieu ? Il est Esprit invisible à ses yeux humains ! Ses yeux verront l'Ange Jésus, l'envoyé du Père, le seul qu'un homme puisse voir de ses yeux.

L'homme, à la mort, verra, comme Etienne, " les cieux ouvertsla gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu." (Ac 7, 55-56). Guidé par l'Esprit de Vérité (Jn 16, 8-9), et pourvu de l'intelligence (1 Jn 5, 20), pour justifier sa liberté, l'homme refuserait d'entrer au Paradis ? Là est l'impardonnable péché contre l'Esprit.

Pouvoir commettre un tel péché est une nécessité intellectuelle, mais le commettre est impossible. Jean dit pourquoi : "Lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu'il est… Quand un homme demeure en lui, il ne pèche pas ; quand il pèche, c'est qu'il ne l'a pas vu et ne le connaît pas." (1 Jn 3, 2-6)

L'homme est libre : Dieu a partagé sa liberté avec lui, mais Dieu est infiniment plus libre que l'homme : Dieu est plus libre de le faire entrer l'homme au Paradis que l'homme de refuser d'y entrer.

A la semaine prochaine.

Le laboureur te salue.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Laboureur
commenter cet article

commentaires

Du Neuf Dans La Bible

Le MONDE TRINITAIRE - LA REVELATION EVOLUTIVE

Si vous souhaitez lire le document de référence, prenez contact avec
lelaboureur@numericable.fr
je vous le ferai parvenir dans les meilleurs délais

Archives

Liens