Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 07:43


Les fidèles jusqu'à la croix

Chez les apôtres, c'est la débandade ; Jean mis à part, aucun n'a été jusqu'à la croix. Au calvaire, il ne restait que les fidèles. Qui sont ces fidèles ? Les femmes ! Les évangélistes les désignent nommément, sans être tout à fait d'accord.

Jean dit : " Près de la croix de Jésus se tenaient debout, sa mère, la sœur de sa mère, Marie femme de Cléophas et Marie Madeleine." ( Jn 19, 25-27).

Luc se contente de dire : "Des femmes".

Matthieu dit : "Marie Madeleine, Marie mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée. " (Mt 27, 56).

Marc dit : "Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques le petit et de José, et Salomé, qui suivaient Jésus et le servaient quand il était en Galilée." (Mc 15, 40)

Ils sont d'accord sur deux points : Marie, mère de Jésus était là, et Marie Madeleine aussi. Ils sont en désaccord sur les autres.

Pour Jean, il y avait deux femmes en plus : la sœur de la mère de Jésus et la femme de Cléophas.

Pour Mathieu deux femmes en plus : Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée.

Pour Marc, Marie, mère de Jacques le petit et de José, et Salomé.

Des affirmations  surprenantes : Marie, la mère de Jésus a une sœur, Jacques le petit a un frère José, et Salomé était au Calvaire.

Luc parle bien des frères de Jésus (Luc 8, 19), mais les Ecritures ne parlent jamais de sa tante. Quant à Salomé, les Ecritures ne connaissent que la fille d'Hérodiade, celle qui obtint d'Hérode, la tête de Jean Baptiste pour l'offrir à sa mère sur un plateau. Cette Salomé n'était pas au calvaire puisque Marc prend soin de le préciser : Salomé était de ces femmes " qui suivaient Jésus et le servaient quand il était en Galilée".

 

Salomé est la mère de Marie

Qui est donc Salomé ? Elle n'est pas dans les Ecritures, reconnues canoniques par les hommes, mais elle est dans un apocryphe, dans le protévangile de Jacques, qui nous a permis de découvrir Zacharie. (cf. art. 269)

Le protévangile de Jacques se lit comme un roman, et il n'est pas long. Pour le lire, il suffit de taper sur Internet :  http://seigneurjesus.free.fr/protevangiledejacques.htm

Voici dans sa presque totalité, le passage qui concerne Salomé (18, 2 à 20, 4) :

Marie accoucha seule dans une grotte pendant que Joseph était parti chercher une sage femme. Revenant ensemble, "ils s'arrêtèrent à l'endroit de la grotte. Une obscure nuée enveloppait celle-ci. Et la sage-femme dit : " Mon âme a été exaltée aujourd'hui car mes yeux ont contemplé des merveilles : le salut est né pour Israël. » Aussitôt la nuée se retira de la grotte, et une grande lumière resplendit à l'intérieur, que nos yeux ne pouvaient supporter. Et peu à peu cette lumière s'adoucit pour laisser apparaître un petit enfant. Et il vint prendre le sein de Marie sa mère. Et la sage-femme s'écria : « Qu'il est grand pour moi ce jour ! J'ai vu de mes yeux une chose inouïe.

Et la sage-femme sortant de la grotte, rencontra Salomé et elle lui dit : Salomé, Salomé, j'ai une étonnante nouvelle à t'annoncer : une vierge a enfanté, contre la loi de nature. » Et Salomé répondit : Aussi vrai que vit le Seigneur mon Dieu, si je ne mets mon doigt et si je n'examine son corps, je ne croirai jamais que la vierge a enfanté. Et la sage-femme entra et dit : Marie, prépare-toi car ce n'est pas un petit débat qui s'élève à ton sujet. A ces mots, Marie se disposa. Et Salomé mit son doigt dans sa nature et poussant un cri, elle dit : Malheur à mon impiété et à mon incrédulité, disait-elle, j'ai tenté le Dieu vivant ! Et voici que ma main se défait, sous l'action d'un feu… Et voici qu'un ange du Seigneur parut, qui lui dit :  Salomé, Salomé, le Maître de toute chose a entendu ta prière. Etends ta main sur le petit enfant, prends-le. Il sera ton salut et ta joie. Et Salomé, tout émue, s'approcha de l'enfant, le prit dans ses bras, disant :  Je l'adorerai. Il est né un roi à Israël et c'est lui.  Aussitôt Salomé fut guérie, et elle sortit de la grotte, justifiée. Et voici qu'une voix parla : Salomé, Salomé, n'ébruite pas les merveilles que tu as contemplées, avant que l'enfant ne soit entré à Jérusalem. "

Salomé n'a pas ébruité les merveilles qu'elle a contemplées jusqu'au jour où Jésus est entré à Jérusalem, le jour où il fut présenté au temple. Salomé n'était pas au temple. Si ! Elle y était sous un autre nom : Anne, le nom de la mère de Jésus. Salomé est un ange, comme Anne. Salomé est Anne. La sage-femme qui venait assisté Marie est sa mère Anne. Quoi de plus naturelle qu'une mère assiste sa fille pour l'accoucher ? Mais Salomé n'a pas assisté à l'accouchement : elle vit seulement l'enfant sortir de la nuée. Alors le jour de la présentation au temple, Jésus fut pris dans les mains de sa grand-mère, Anne-Salomé. Elle fait partie des femmes qui suivaient Jésus en Galilée et qui sont montées jusqu'au Calvaire. Salomé, présente au calvaire, est Anne, la grand-mère de Jésus.

Jacques a attendu cent ans de plus, pour dévoiler le secret de Salomé. Cent ans après ? Il était mort. Non ! Car Jacques est un ange messager, et  les anges ne meurent pas : ils ignorent le temps terrestre. En envoyant ses anges comme messagers, plutôt que des hommes, le Seigneur  est sûr que ses messages ne sont pas déformés.

Le protévangile n'est pas un livre canonique : les hommes ne l'ont pas reconnu, mais il est écrit par l'ange Jacques : il n'y a qu'un Jacques, l'ange Jacques, qu'il soit, mineur, majeur, auteur des épîtres, l'ancien d'Israël ou encore celui de Compostelle !

 

L'autre Marie est la sœur de Marie

" Près de la croix de Jésus se tenaient debout, sa mère, la sœur de sa mère et…"

La Vierge Marie avait une sœur ? Oui  et c'est Jean qui le dit sans explication. C'est le Protévangile qui donne les explications. L'ange Jacques nous dit : "Quand elle eut douze ans, les prêtres se consultèrent et dirent : « Voici que Marie a douze ans, dans le temple du Seigneur. Que ferons-nous d'elle, pour éviter qu'elle ne rende impur le sanctuaire du Seigneur notre Dieu ? … Et voici qu'un ange du Seigneur apparut, disant : « Zacharie, Zacharie, sors et convoque les veufs du peuple. Qu'ils apportent chacun une baguette. Et celui à qui le Seigneur montrera un signe en fera sa femme… Et voici qu'une colombe s'envola de sa baguette et vint se percher sur sa tête…  Alors le prêtre : Joseph, Joseph, dit-il, tu es l'élu : c'est toi qui prendras en garde la vierge du Seigneur. Mais Joseph protesta : J'ai des fils, je suis un vieillard et elle est une toute jeune fille.( 8,2-3 et  9, 1-2).

A douze ans, Marie n'est plus une enfant, et allait rendre impur le temple : il fallait donc qu'elle le quitte : c'est pourquoi, il fallait lui trouver un protecteur. Qui pouvait mieux convenir qu'un veuf ? Joseph était veuf et avait des enfants ! Ce n'est pas dans les Evangiles, mais les Evangiles ne disent pas le contraire : elle ne dit rien. Personne ne parle de la première femme de Joseph ! Si ! Matthieu ! Au calvaire, il a signalé la présence de "Marie Madeleine, Marie mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée. Et ce même Matthieu nous dit au matin de Pacques : "Après le sabbat, à l'heure où commençait le premier jour de la semaine, Marie Madeleine et l'autre Marie vinrent faire leur visite au tombeau de Jésus." (Mt 28,1) L'autre Marie ne peut être que la mère de Jacques et de Joseph, celle que Marc désigne comme " la mère de Jacques le petit et de José", c'est à dire la première épouse de Joseph. Joseph a épousé en première noce l'autre Marie ! L'autre Marie est pour Marie, mère de Jésus, la femme de son mari, en quelque sorte sa belle sœur.

Non ! "L'autre Marie" n'est si sa sœur, ni sa belle sœur ni la première femme de Marie, la mère de Jésus : elle est Marie, elle-même, car Joseph a épousé, en deuxième noce, la même Marie qu'il a épousé en première noce, l'ange Marie. L'ange Joseph n'a qu'une épouse, l'ange Marie. Il n'y a qu'une Marie, l'ange qu'est devenue Eve en mourant. Adam et Eve sont devenus Joseph et Marie en passant de la vie terrestre à la vie éternelle, le jour de leur mort.

Marie, mère immaculée : l'Immaculée Conception

Faute d'avoir trouvé dans les Ecritures trace de la virginité d'Anne, la mère de Marie, j'ai écrit que Marie était l'Immaculée Conceptrice et Jésus l'Immaculée Conception (cf. art. 218). Le protévangile  de Jacques proclame, sans ambiguïté  la virginité d'Anne. Voici le passage qui le dit :

Anne, âgée et stérile se lamentait de sa stérilité. " Alors, accablé de tristesse, Joachim ne reparut pas devant sa femme, et il se rendit dans le désert ; il y planta sa tente et, quarante jours et quarante nuits, il jeûna, se disant : "Je ne descendrai plus manger ni boire, avant que le Seigneur mon Dieu m'ait visité. La prière sera ma nourriture et ma boisson."

Un ange apparut soudain à Anne : "Et voici qu'un ange du Seigneur parut, disant : Anne, Anne, le Seigneur Dieu a entendu ta prière. Tu concevras, tu enfanteras et l'on parlera de ta postérité dans la terre entière. Anne répondit : Aussi vrai que vit le Seigneur Dieu, je ferai don de mon enfant, garçon ou fille, au Seigneur mon Dieu et il le servira tous les jours de sa vie. Et voici, deux messagers survinrent, qui lui dirent : Joachim, ton mari, arrive avec ses troupeaux. Un ange du Seigneur est descendu auprès de lui, disant : Joachim, Joachim, le Seigneur Dieu a exaucé ta prière. Descends d'ici. Voici que Anne ta femme a conçu en son sein. Aussitôt Joachim est descendu.… Joachim arriva avec ses troupeaux. Anne l'attendait, aux portes de la ville. Dès qu'elle le vit paraître avec ses bêtes, elle courut vers lui, se suspendit à son cou et s'écria : Maintenant je sais que le Seigneur Dieu m'a comblée de bénédictions ! Voici, la veuve n'est plus veuve et la stérile a conçu ! Et Joachim… sut qu'il n'y avait pas de faute en lui. Maintenant, dit-il, je sais que le Seigneur Dieu m'a fait grâce et m'a remis tous mes péchés.  Et il descendit du temple du Seigneur, justifié, et rentra chez lui. Six mois environ s'écoulèrent ; le septième, Anne enfanta. Qu'ai-je mis au monde ? » demanda-t-elle à la sage-femme. Et celle-ci répondit : Une fille. » Et Anne dit : Mon âme a été exaltée en ce jour !   Et elle coucha l'enfant. Quand les jours furent accomplis, Anne se purifia, donna le sein à l'enfant et l'appela du nom de Marie."(4, 1- 5, 2)

Zacharie était dans la montagne depuis quarante jours quand Anne sut qu'elle était enceinte. Sa fille Marie n'est pas la fille de Zacharie. Comme la Vierge Marie, Anne conçut du Saint-Esprit. Marie est Immaculée Conception et Immaculée Conceptrice.

 Reste à découvrir Marie Madeleine.

 

Marie de Magdalena, l'amoureuse de Jésus

"Après le sabbat, à l'heure où commençait le premier jour de la semaine, Marie Madeleine et l'autre Marie vinrent faire leur visite au tombeau de Jésus." (Mt 28,1)

Jacques a révélé l'identité de l'autre Marie, mais qui est Marie de Magdalena  qui l'accompagne ?

Marie Madeleine est une femme, une pécheresse, transformée par la découverte de Jésus, et devenue amoureuse de lui. Elle est aussi une "autre Marie" ! Elle est aussi l'ange qu'est devenue Eve après sa mort. Elle n'est pas la mère de Jésus , elle est l'amoureuse de Jésus

Le Seigneur a créé Eve par amour ; Eve s'est éloignée de lui ; elle est devenue la pécheresse. Le Seigneur ne l'a pas abandonnée et pour retrouver son amour, il lui envoie son Fils Jésus, comme il a envoyé Osée épouser Gomer.

Le livre d'Osée commence ainsi : " Début des paroles du Seigneur par Osée : Le Seigneur dit à Osée : Va, prends une femme se livrant à la prostitution" (Os 1,2). Ce sont les premières paroles du Seigneur transcrites par Osée, les premières adressées par le Seigneur à l'Ange Jésus concernant la création : le Seigneur parle à la fois à L'ange Jésus et à l'ange Osée : "Va, prends une femme se livrant à la prostitution". La femme se livrant à la prostitution est à la fois Eve et Gomer.

Gomer délaissait Osée, et retournait à ses amants : " Elle courait aprés ses amants, et moi, elle m'oubliait ! Eh bien, c'est moi qui vais la séduire,…  je parlerai à son cœur" ( Os 2, 15-16). Jésus parla au cœur d'Eve, au cœur de Gomer, au cœur de Marie Madeleine, toutes trois des prostituées. Marie Madeleine, comme Gomer a été séduite et est devenue amoureuse de son séducteur.

Marie de Magdalena est une autre Marie, mais pas la mère de Jésus ; elle est Marie l'amoureuse de Jésus.

Elle est l'amoureuse, la fiancée du Cantique des Cantiques ; elle dit de son amoureux : "Qu'il m'embrasse à pleine bouche…(Ct 1,1). Elle est l'amoureuse qui cherche son amoureux et que cherche son amoureux : "Je dormais, mais je m'éveille : j'entends mon chéri qui frappe ! Ouvre-moi, ma sœur, ma compagne, ma colombe, ma parfaite" (Ct 5, 2).

Madeleine est l'épouse de l'Agneau dont parle Jean dans l'apocalypse : "Voici les noces de l'Agneau. Son épouse a revêtu ses parures…" (Ap 19, 7).

Alors Marie Madeleine ! Epouse ou fiancée de Jésus ? C'est pareil : Marie de Magdalena et Jésus sont deux anges, et au ciel, on ne se marie pas : " Lorsqu'on ressuscite d'entre les morts, on ne se marie pas, mais on est comme des anges dans les cieux. (Mc 12, 25).

 

Les anges sont des pièges

J'ai cru décoder la Bible avec le concours de quelques anges ! Quelle vanité ! Les anges sont des pièges, et je me suis laissé piéger. Les anges ont l'apparence d'hommes et ne sont pas des hommes. En voyant des hommes, j'ai cru voir des anges, et je ne saurai jamais, sur cette terre si j'ai vu des hommes ou des anges. Aucun homme ne saura jamais s'il a, face à lui, un homme ou un ange. Chaque homme est comme Jacob, au gué du Yabboq. Seul dans la nuit, il ne sait s'il s'est battu  contre un homme, un ange ou contre Dieu. (Gn 32, 25-31) (cf. art.262)

Dieu se sert des hommes ou des anges pour porter ses messages aux hommes, selon l'importance du message. l'important n'est pas le messager, mais le message, celui qui le reçoit et ce qu'il en fait.

Le Christ est le porteur du message primordial, et le message est clair : "Je vous donne un commandement nouveau, c'est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous aimé, vous aussi, aimez-vous les uns les autres (Jean 13, 34).

 

A la semaine prochaine.

Le laboureur te salue.

 

P. S.

Avant hier, j'ignorais l'existence de l'Evangile du pseudo Matthieu. Hier, je l'ai lu. Aujourd'hui, je pourrais écrire le même article en prenant mes références chez ce pseudo Mathieu au lieu d'aller les chercher dans le protévangile de Jacques.

Vous pourrez  l'écrire vous-même après avoir consulté sur Internet :

 http://seigneurjesus.free.fr/evangilepseudomatthieu.htm

L'ange Matthieu apporte encore plus de neuf  que  son frère, l'ange Jacques.


Partager cet article

Repost 0
Published by Le Laboureur
commenter cet article

commentaires

Mel 05/02/2010 21:25


comment salomé qui était un "ange" a pu remettre en cause(douter, refuser de croire) la naissance surnaturelle de Jésus, et être frappé de maladie(au niveau de sa main)comme un simple humain?la
bible dit que les anges ont loué Dieu quand Jésus est né(luc2:11-12)et "l'ange salomée" ne savait pas que Jésus allait naître? la bible dit que même les démons reconnaissaient Jésus comme le Fils
de Dieu(marc1:24). Autre chose: Anne était un être humain et non "l'ange salomé"(luc 2:36)fille de phanuel et de la tribu d'aser!pourquoi donnez vous plus de crédibilité au protévangile de jacque
plûtot qu'à la parole de Dieu et si c'était le cas(salomé est un ange et anne aussi...),pourquoi il n'y a que jacques qui en parle et pourquoi ce qu'il dit ne peut pas se vérifier dans un autre
livre de la bible,soit dans le nouveau ou l'ancien testament?


Le Laboureur 06/02/2010 10:16


Je suis en train de corriger certains articles de ce blog. Aujourd'hui même, j'ai repris l'article 272 qui s'appelle désormais : les grands-parents de jésus.
Cet article apporte une partie des réponses à votre commentaire.
Un autre article sera prochainement corrigé et s'appellera : les anges sont un piège (art. 267): il repondra aux autres questions que vous  posez.
Le réponds néanmoins rapidement .
- Les anges sont des ressemblances d'hommes, tellement ressemblantes qu'on ne peut les différencier.
- Le protévangile de Jacques n'est pas authentifié par l'Eglise, mais elle s'en sert pour identifier Anne et Joachin et en faire des saints. Elle l'utilise aussi pour établir le dogme de
l'immaculée conception de la vierge.
- L'ancien testament annonce Joseph et ses deux épouses. L'histoire d'Elqana au chapître 1 et 2 du premier livre des Rois est l'annonce de Joseph.
- Anne  n'a pas quitté le temple depuis le départ de Marie et s'y retrouve naturellement le jour de la présentation de Jésus. (Voir art 272 corrigé ce jour).


françoise 17/12/2009 06:57


En ce qui concerne la vocation de Marie-Madeleine, il me semble que les femmes qui répondent à l'appel du Christ ne sont pas forcément amoureuses de lui. Elles éprouvent pour lui un amour chaste.
Elles le considèrent comme un frère plutôt que comme un amant.
De même la vocation des personnes mariées, selon moi, c'est d'avoir des enfants mais c'est aussi de vivre un amour chaste, de parvenir à vivre finalement comme frère et soeur, comme Marie et
Joseph.


Le Laboureur 18/12/2009 08:26



Le Seigneur créa l'homme avec un corps  mâle et femelle, et insuffla dans ses narines une haleine de vie : l'esprit.


L'homme est sollicité par la loi de la jungle, la loi du plus fort et doit contrôler son corps par l'esprit que lui a donné le Seigneur. Dieu a créé l'homme
imparfait. La perfection serait que l'esprit humain  maîtrise parfaitement  le corps.


Dieu a créé l'homme imparfait et l'a rendu parfait par la mort : la sienne sur la croix, la nôtre quand nous quitterons ce monde pour un monde nouveau impérissable.
La perfection de l'homme est pour l'autre monde quand il sera devenu un ange, esprit avec un corps esprit. L'ange n'a plus de corps à maîtriser. Au ciel on ne se marie pas et l'amour charnel,
l'amour sexuel cède la place à un amour parfait sans sexualité.


Marie et Joseph s'aime parfaitement comme des anges parce qu'ils sont des anges. Marie Madeleine aime Jésus d'une façon parfaite, non sexuée, parce qu'elle est un
ange.


Pour les hommes, l'amour sexué n'est pas une tare, ni un péché. Le dérèglement du sexe est péché, pas l'usage.


Les maris et femmes qui s'aiment sans sexualité sont ceux qui n'ont pas de sexualité : des anges.


L'article que je publie simultanément, et dont je n'avais pas seulement l'idée hier, montre que Jésus a accepté de porter la sexualité humaine et de la sublimer par
sa croix. Il constitue en soi une réponse à  Françoise.



Du Neuf Dans La Bible

Le MONDE TRINITAIRE - LA REVELATION EVOLUTIVE

Si vous souhaitez lire le document de référence, prenez contact avec
lelaboureur@numericable.fr
je vous le ferai parvenir dans les meilleurs délais

Archives

Liens